André BAILLON
(1875-1932)

 Page de la section
"
Littérature francophone de Belgique"
proposée par la librairie
L'Oiseau-Lire
Pour commander
Retour à la page d'accueil de la littérature
Aller à la page "Poésie"

 

Classement par ordre chronologique
de parution de l'édition originale

-----------

1921

Histoire d'une Marie. Préface de Charles Vildrac. Septième édition. Paris, Rieder, 1923. In-8° broché, 284 p., couverture défraîchie.
Extrait du catalogue de la Bibliothèque Royale :
   L'Histoire d'une Maire fut rédigée en peu de semaines dans la seconde partie de l'année 1915. Ce calvaire d'une femme, meurtrie par l'existence et par ceux qu'elle a trop aimés, lui conquit le grand public. Rédigée avant Moi quelque part, elle est la source qui alimenta les romans postérieurs : En Sabots, Zonzon Pépette, Par Fil spécial. Récit émouvant, bien conduit (surtout dans la 1re partie) et d'une franchise audacieuse. Il valut au talent de l'écrivain l'admiration presque générale, mais à l'homme (Henry Boulant du roman) des critiques parfois violentes (surtout à propos de la dédicace à la personne qui remplaça dans son affection l'épouse délaissée).
Bibliographie :
   
André Baillon 1875-1932 (Bruxelles, Bibliothèque Royale, 1957), p. 15-16, n° 42 (pour la description de l'édition originale).
   - André Baillon 1875-1932 (La Louvière, Centre Culturel du Hainaut, 1976), p. 87, n° 2 (pour la description de l'édition originale).

12 euros (code de commande : AB007).

Histoire d'une Marie. Préface de Hubert Juin. Bruxelles, Jacques Antoine, 1977. In-8° broché sous jaquette d'éditeur, 290 p., (collection « Passé-Présent », n° 5).
En quatrième de couverture :
   Histoire émouvante — d'une terrible candeur, disait Colette — celle de la bonne et simple Marie, que la méchanceté du monde accule à la prostitution, mais dont l'âme reste pure, prête à aimer d'amour le douloureux Henry Boulant, cet écrivain aux prises avec lui-même, avec les exigences de son art, en quête de la très pure résonance.

12 euros (code de commande : AB008).

 

 


1922

En sabots. Préface de Franz Hellens. Illustrations de Jean Donnay. Liège, Les Lettres Belges, [1959]. In-8° broché, 311 p., 13 illustrations dans le texte, ouvrage imprimé en deux tons sur papier crème Original Renage's Mill, dos et couverture un peu jaunis, exemplaire numéroté (n° 1551).
Extrait du catalogue de la Bibliothèque Royale :
   Édition française des souvenirs campinois présentés sous un autre titre. L'auteur expose dans sa préface la raison de ce changement. Le texte de Moi quelque part... est légèrement amplifié (addition de Westmalle-Anvers, Chats et autres). Installé à Paris depuis avril 1920, A. Baillon remettra à l'éditeur Rieder presque toute sa production.
Bibliographie :
   
André Baillon 1875-1932 (Bruxelles, Bibliothèque Royale, 1957), p. 14, n° 33 (pour la description de l'édition originale).
   - André Baillon 1875-1932 (La Louvière, Centre Culturel du Hainaut, 1976), p. 87, n° 1.         

15 euros (code de commande : AB006).


 

1923

Zonzon Pépette. Fille de Londres. Préface de Maud Frère. Bruxelles, Jacques Antoine, 1979. In-8° broché sous jaquette illustrée d'éditeur, 154 p., (collection « Passé-Présent », n° 14), exemplaire en bel état.
En quatrième de couverture :
   
Elle qui était propre, on la détestait jusque dans sa robe. Les yeux à ses cartes, d'Artagnan ne levait même pas la tête. Ce n'est rien, c'est une môme qui vous rapporte sa galette. Il comptait avec mépris: «tout ça? C'est bon, va t'asseoir», et pendant des heures, il l'oubliait sur sa banquette.
   Un soir, il surgit une bagarre : des poings sur la table, des verres brisés, la lampe éteinte, Zonzon par terre avec du rouge sur son corsage.
Extrait du catalogue de la Bibliothèque Royale :

   Roman écrit de 1916 à 1918, amplifié au début de 1923. Succession de scènes qui gravitent autour d'une prostituée cynique et parfois touchante. Elles évoquent la pègre de la capitale anglaise au début du siècle. A. Baillon s'est servi des souvenirs londoniens de sa femme (Marie la Flamande du roman), mais la trame est imaginaire. À ce titre, œuvre isolée dans la production autobiographique de l'auteur, bien qu'il apparaisse in fine en la personnede Valère-le-Juste.
Bibliographie :
   
André Baillon 1875-1932 (Bruxelles, Bibliothèque Royale, 1957), p. 19, n° 57 (pour la description de l'édition originale).
   - André Baillon 1875-1932 (La Louvière, Centre Culturel du Hainaut, 1976), p. 88, n° 3 (pour la description de l'édition originale).

12 euros (code de commande : AB014*).


1924

Par fil spécial. Carnet d'un Secrétaire de Rédaction. Paris, Rieder et Cie, 1924. In-8° broché, 238 p., (collection « Prosateurs Français Contemporains »), édition originale, un des 200 exemplaires numérotés sur vergé pur fil des papeteries Lafuma de Voiron (n° 84).
Extrait du texte de Maurice Parijanine (pseudonyme de Maurice Donzel) :
   Notre ami André Baillon se distrait de ses souvenirs par d'autres souvenirs. Il n'est pas vieux l'ami Baillon, mais il a beaucoup vécu. Il a été amoureux, et amant (ce n'est peut-être pas bien de le dire), et il a écrit la belle Histoire d'une Marie, il a écrit En Sabots, il a écrit Zonzon Pépette (et c'était peut-être mal d'écrire ces charmantes confessions...)
   Baillon ayant été aussi journaliste, vient de nous donner : Par fil spécial..., monographie du travail journalistique. Un beau sujet ! C’était amusant de le chiper à Pierre Hamp, et de le traiter comme Pierre Hamp ne le traitera jamais. Pierre Hamp aurait tout dit sur la matière, et y aurait ajouté quelque chose. Baillon ne dit que ce qu’il a vu, comme il l’a vu, et ne dit pas tout, et, ma foi ! n’a pas l’air d’ajouter, d’inventer quoi que ce soit.. Baillon, journaliste, a fait un livre charmant sur le journalisme, une histoire de servitude gaiement comprise, l’histoire de Baillon qui échappe facilement à la servitude par une poétique philosophie. Oui, mais Baillon n’a pas tout dit, loin de là. Et ce qu’il tait, c’est la raison pour laquelle on fabrique si mal un journal. Mon ami Baillon, vous avez bien de la chance d’aimer en psychologue et de travailler en poète : vous, si malin, vous manquez un peu de méchanceté... Nous vous aimons, vous vous amusez fort, vous êtes un merveilleux peintre de vie, nous sommes contents de vous, mais non tout satisfaits.
Extrait du catalogue de la Bibliothèque Royale :
   A. Baillon fut secrétaire de rédaction à La Dernière Heure (l'« Uprème » de ce récit) pendant douze années (juillet 1906 - juillet 1907 et mars 1910 -juillet 1920). Journaliste sans vocation, il souligne en traits incisifs et nerveux les petits côtés de la vie dont il souffrit.
Bibliographie :
   - Donzel (Maurice, sous le pseudonyme de Parijanine), André Baillon, dans L'Humanité, n° 7398 (dimanche 30 mars 1924), p. 4.
   
André Baillon 1875-1932 (Bruxelles, Bibliothèque Royale, 1957), p. 20, n° 62 (pour la description de l'édition originale).
   - 
André Baillon 1875-1932 (La Louvière, Centre Culturel du Hainaut, 1976), p. 88, n° 4 (pour la description de l'édition originale).

20 euros (code de commande : 18274).

 

Par fil spécial. Carnet d'un Secrétaire de Rédaction. Paris, Rieder et Cie, 1924. Septième édition. In-8° broché, 238 p., (collection « Prosateurs Français Contemporains »).

12 euros (code de commande : AB011).


1925

Un homme si simple. Paris, Rieder et Cie, 1925. Sixième édition (achevé d'imprimer en mai 1925). In-8° broché, 211 p., (collection « Prosateurs Français Contemporains »).
Extrait de la chronique de Laurent Demoulin :
   « Un Homme si simple a été écrit par Baillon à la suite d’un internement à la Salpêtrière. Il est constitué de cinq « confessions » dans lesquelles le narrateur raconte comment et pourquoi il a été amené à l’hôpital psychiatrique. L’originalité (et la modernité) du récit tient dans le fait que chaque confession reprend l’explication presque à zéro : plutôt que de se suivre chronologiquement, elles se complètent psychologiquement et moralement. La première ne « confesse » que des soucis avouables, tandis que la quatrième touche aux sujets les plus brûlants... »
Bibliographie :
   - Demoulin (Laurent), Baillon (André), Un Homme si simple, dans Textyles, n° 23 / 2003, pp. 125-126.

   
André Baillon 1875-1932 (Bruxelles, Bibliothèque Royale, 1957), p. 22, n° 69 (pour la description de l'édition originale).
   - 
André Baillon 1875-1932 (La Louvière, Centre Culturel du Hainaut, 1976), p. 88, n° 5 (pour la description de l'édition originale).

12 euros (code de commande : 23680).

 

Un homme si simple. Bruxelles, Jacques Antoine, 1976. In-8° broché, 230 p., (collection « Passé-Présent », n°1), couverture recouverte proprement d'adhésif.
En quatrième de couverture :
   Comment ne pas mentir, n'affliger personne, vivre en paix avec les autres et soi-même, être Un homme si simple, quand on se trouve écartelé entre deux femmes, taraudé de scrupules, déchiré entre l'angoisse et la tentation du péché ?
   Tout se complique diaboliquement au point que l'hôpital psychiatrique finit par apparaître comme un refuge.
   Un ton unique qui, plus que tout autre, répond à une manière d'exister, tendre, ironique, impitoyable, — la confession poignante où l'auteur d'Hïstoire d'une Marie fait revivre la crise morale qui motiva son premier internement à la Salpétrière.

10 euros (code de commande : AB009).

 


1926

Chalet 1. Paris, Rieder et Cie, 1926. In-12 broché, 214 p., (collection « Prosateurs Français Contemporains »), édition originale, tirage limité à 375 exemplaires ; celui-ci est l'un des 300 numérotés sur vélin pur fil des papeteries Lafuma (n° 173), rousseurs.
   Chalet 1 décrit des scènes et personnes (malades, infirmières, médecins et visiteurs) observés durant les trois mois d'internement. L'humour prédomine et l'ensemble forme un « authentique reportage », écrit R. Hankart dans sa biographie d'André Baillon, p. 147.
Bibliographie :

   
André Baillon 1875-1932 (Bruxelles, Bibliothèque Royale, 1957), pp. 22-23, n° 73 (pour la description de l'édition originale).
   - 
André Baillon 1875-1932 (La Louvière, Centre Culturel du Hainaut, 1976), p. 88, n° 7 (pour la description de l'édition originale).

20 euros (code de commande : 7914).

 

Chalet 1. Toulouse, L'Ether Vague - Patrice Thierry, 1989. In-8° broché, 180 p., couverture un peu passée.
En quatrième de couverture :
   Auteur d'une œuvre plus autobiographique que réellement étrangère à sa destinée, André Baillon nous conte là son séjour dernier à la Salpêtrière.
   Atteint d'une mélancolie chronique, il trouve en ces lieux parmi ses frères « les pauvres et les humbles » un repos qui lui permettra d'accéder au mieux-être.
   Ce texte créatif est à la limite du reportage tant est privilégiée la vision du malade, sa sensibilité intérieure. Poignant et vrai, cet ouvrage nous guide en un florilège de miroirs brisés.

10 euros (code de commande : AB001).

 


1927

Délires. Paris, La jeune Parque, 1927. In-8° broché, 150 p., couverture fortement défraîchie, édition originale, tirage limité à 1000 exemplaires numérotés sur vélin (n° 540) après 25 sur Japon.
Extrait du catalogue de la Bibliothèque royale :
   Délires parut en édition de luxe le 3 novembre 1927, mais sa rédaction est de neuf années antérieurs
La première partie, la plus saisissante, Des Mots, dépeint le tourment de l'artiste obsédé jusqu'au délire par les phrases à créer. La seconde, Eve et Kiki, est un drame familial d'école buissonnière où le narrateur se montre fin psychologue.
   Une autre édition, popualire, parut en 1931 à Bruxelles aux éditionsLabor.
Bibliographie :

   
André Baillon 1875-1932 (Bruxelles, Bibliothèque Royale, 1957), pp. 23-24, n° 77 (pour la description de l'édition originale).
   - 
André Baillon 1875-1932 (La Louvière, Centre Culturel du Hainaut, 1976), p. 89, n° 8 (pour la description de l'édition originale).

15 euros (code de commande : AB002).

 

Délires. Paris-Bruxelles, Valois-Labor, 1931. In-8° broché, 156 p., exemplaire sur Alfa Navarre, rousseurs à la couverture.

10 euros (code de commande : AB003).


1929

La vie est quotidienne. Paris, Rieder, 1929 (mention de 6e édition). In-8° modeste demi-toile bleue passée à coins, 229 p.
Recueil de nouvelles et récits dont certains personnages apparaissent dans les œuvres précédentes :
   - Drame.
   - Nelly Bottine.
   - Le pot de fleur.
   - Ma voisine et son chien.
   - Il y a des voleurs.
   - Les étrennes de Nanette.
   - Le chien-chien à sa mémère.
   - Les yeux du père François.
   - Un qui n'était pas moderne.
   - Une matinée au journal.
   - Poulet.
   - Deux petits soldats.
   - En pays occupé.
Extrait du catalogue de la Bibliothèque Royale :

   Sous ce titre, l'auteur a groupé des contes d'intérêt secondaire, certains déjà publiés, d'autres retranchés d'œuvres déjà éditées ou à paraître. C'est ainsi que Les Étrennes de Nanette annoncent Le Neveu de Mlle Autorité tandis que Une Matinée au Journal reflète l'atmosphère de Par Fil spécial. Le volume déçut la critique et se vendit mal.
Bibliographie :
   
André Baillon 1875-1932 (Bruxelles, Bibliothèque Royale, 1957), p. 29, n° 103 (pour la description de l'édition originale).
   - André Baillon 1875-1932 (La Louvière, Centre Culturel du Hainaut, 1976), p. 89, n° 10 (pour la description de l'édition originale).

10 euros (code de commande : AB013).


1930

Le neveu de Mlle Autorité. 9e édition. Paris, Rieder, 1930. In-8° broché, 224 p., (collection « Prosateurs Français Contemporains »), couverture défraîchie.
Extrait du catalogue de la Bibliothèque Royale :
   Le Neveu de Mlle Autorité est le premier roman consacré aux souvenirs d'enfance et de jeunesse destinés à former le cycle Des Vivants et de Morts. Sa rédaction fut longue et pénible, la santé de l'écrivain ébranlée nuisant au travail créateur. Il y raconte ses années d'enfance, d'abord à Anvers, choyé par sa mère, puis à Termonde sus la tutelle de sa tante, la sévère et autoritaire Mlle Autorité (Louise Baillon) et termine par les premières années au coçllège où la discipline sèche des Jésuites pousse à la révolte l'étudiant modèle qu'il s'était d'abord montré.
Bibliographie :
   
André Baillon 1875-1932 (Bruxelles, Bibliothèque Royale, 1957), p. 26, n° 88 (pour la description de l'édition originale).
   - André Baillon 1875-1932 (La Louvière, Centre Culturel du Hainaut, 1976), pp. 89-90, n° 11 (pour la description de l'édition originale).

10 euros (code de commande : AB010a).


1932

Roseau. 6e édition. Paris, Rieder, 1932. In-8° broché, 241 p., (collection « Prosateurs Français Contemporains »).
Extrait du catalogue de la Bibliothèque Royale :
   Roseau narre l'existence du jeune Baillon au collège et explique comment les Jésuites, ses éducateurs, étouffèrent en lui la vocation religieuse. Ce roman parut en janvier 1932 quand l'auteur se débattait entre deux affections féminines et ne voyait de salut que dans une mort volontaire.
Bibliographie :
   
André Baillon 1875-1932 (Bruxelles, Bibliothèque Royale, 1957), p. 26-27, n° 92 (pour la description de l'édition originale).
   - André Baillon 1875-1932 (La Louvière, Centre Culturel du Hainaut, 1976), p. 90, n° 12 (pour la description de l'édition originale).

12 euros (code de commande : AB010b).


1933

Pommes de pin. Bruxelles, Les Amis de l'Institut Supérieur des Arts Décoratifs (Abbaye de la Cambre), 1933. In-4° broché, 54 p., (collection « Série des Auteurs Belges éditée par les Amis de l'Institut Supérieur des Arts Décoratifs », n° 9) un des 350 exemplaires numérotés sur Hollande Pannekoek (n° 97), couverture défraîchie, peu courant.
Extrait du texte de Louis Wiart :
   Pommes de pin, que Baillon aurait un moment envisagé de détruire, n’est sans doute pas son meilleur livre ni le plus complexe, mais il fournit un témoignage très intéressant sur la vie de l’un des auteurs les plus prisés des lettres belges en même temps qu’une excellente occasion de se replonger dans son univers singulier. Dans un style nerveux, saccadé, comme constitué de bribes fulgurantes, Baillon propose une succession d’anecdotes, de saynètes souvent drôles et farfelues en rapport avec son quotidien. Il décrit ses excursions en forêt et ses balades en ville, présente les objets qui l’entourent, revient sur quelques souvenirs littéraires (ses rencontres avec Paul Léautaud et Jean Paulhan, son amitié pour Jean-Richard Bloch et Han Ryner), évoque des faits prosaïques comme la cuisson d’un bifteck ou l’intervention d’un ouvrier pour réparer la gouttière, avec toujours une complicité ironique, une espèce de naïveté feinte. Rien n’est vraiment sérieux, rien n’est vraiment prévisible ni conforme à un quelconque horizon d’attente. Les dialogues vont vite, impriment au texte un effet de rapidité. Ça file, ça rebondit, ça passe parfois du coq à l’âne et inversement...
Bibliographie :
   - Wiart (Louis), André Baillon au quotidien, dans Indications, n° 399.
   
André Baillon 1875-1932 (Bruxelles, Bibliothèque Royale, 1957), p. 29, n° 106 (pour la description de l'édition originale).
   - 
André Baillon 1875-1932 (La Louvière, Centre Culturel du Hainaut, 1976), p. 90, n° 13 (pour la description de l'édition originale).

15 euros (code de commande : AB012).


1944

La Dupe. Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1944. In-12 broché 190 p.,couverture un peu frottée, exemplaire du tirage courant de l'édition originale, peu fréquent.
Avant-propos de l'éditeur :
   Dès l'époque de ses débuts littéraires, André Baillon avait commencé et poussé fort loin un long récit autobiographique au titre significatif : La Dupe. De cette histoire d'une jeunesse, il a, par la suite, extrait la substance des deux volumes intitulés : Le Neveu de Mlle Autorité et Roseau. Ainsi, en d'autres temps, et sous d'autres signes, Chateaubriand détachait Atala et René du gros manuscrit des Natchez primitifs. Et comme lui encore, Baillon a tenté, sur le tard, de tirer parti, en la remaniant, de l'œuvre de ses jeunes années, pour en faire un troisième volume de l'histoire de Daniel Haudoin.
   Nous avons sous les yeux l'émouvant manuscrit autographe sur lequel on peut suivre dans le détail son minutieux travail de correction et d'adaptation. Hélas ! la mort devait surprendre l'auteur avant qu'il ait pu achever cette mise au point définitive. Mais la comparaison avec les brouillons des versions antérieures paraît bien indiquer qu'il n'y manque qu'assez peu de pages pour que l'ouvrage soit complet et achevé. Il devait comporter encore, notamment, l'épisode de Daniel et Rosine cafetiers à Liége – ce sont les pages qu'a publiées la revue Europe du 20 février 1935  etû aussi, après le retour à Termonde pour l'enterrement du grand-père, le séjour comme postulant à la Trappe de Westmalle.
   On a tâché de combler ici, vaille que vaille, la lacune finale du manuscrit par des emprunts aux brouillons subsistants. Cette reconstitution demeure sans doute hypothétique. Du moins ne contient-elle pas une ligne, pas une phrase, pas un mot qui ne soit de l'écrivain disparu, et dont on ne puisse, au moyen des autographes, établir l'absolue authenticité.
Extrait du du catalogue de la Bibliothèque Royale :
   La Dupe, œuvre de jeunesse que Baillon écrivit de 1897 à 1905 et remania ensuite, est demeurée inachevée. De la version prilitive, il a retiré la trame du Neveu de Mlle Autorité et de Roseau. Quant au récit des années universitaires, de l'aventure avec Rosine et de ses conséquences fâcheuses, il ne put que partiellement le revoir. Aussi ce document biographique a peu de valeur littéraire ; le style, sauf dans les dernières pages, manque de vivacité et d'accent personnel.
Bibliographie :
   
André Baillon 1875-1932 (Bruxelles, Bibliothèque Royale, 1957), p. 29, n° 106 (pour la description de l'édition originale).
   - 
André Baillon 1875-1932 (La Louvière, Centre Culturel du Hainaut, 1976), p. 90, n° 14 (pour la description de l'édition originale).

12 euros (code de commande : AB004).

 

La Dupe. Le Pénitent exaspéré. Texte établie et commenté par Raymond Trousson. Bruxelles, Labor, 1988. In-8° broché, 211 p., collection « Archives du Futur »), couverture un peu tachée..
En quatrième de couverture :
   On trouvera réunies dans ce volume la première et la dernière œuvres romanesques d'André Baillon.
   Presque terminée à la mort de l'écrivain, en 1932, publiée en 1944 et depuis longtemps introuvable, La Dupe appartient au même cycle autobiographique que Le Neveu de Mlle Autorité et Roseau. Contrairement au ton de ces deux livres, qui se voulait démystifiant, Baillon prête au personnage à peine transposé de Daniel Haudoin la candeur et les sentiments d'échec répétés de son enfance et de son adolescence. Le point culminant du récit sera la liaison du jeune étudiant avec Rosine, l'ouvrière sans scrupules et avide de plaisir, dont il sera « la dupe » consentante.
   Quant au Pénitent exaspéré, qui date de 1915, le texte, établi et commenté ici par Raymond Trousson, en était resté inédit. Aboutissement des écrits de jeunesse, ce premier roman relate une passion perverse où le narrateur finit par assassiner Jeannine, la prostituée, qui a accepté de « l'aimer jusque dans la mort ». Dans ce document essentiel pour qui s'intéresse à la formation et à l'évolution de l'écrivain, une emphase et une morbidité encore très marquées par la littérature décadente alternent singulièrement avec la sobriété et l'ironie qui seront celles des grandes œuvres de la maturité.

12 euros (code de commande : AB005).




À propos d'André Baillon

 

André Baillon. 1875-1932. Bruxelles, Bibliothèque Royale, 1957. In-8° broché, 47 p., quelques illustrations in-fine. On joint un article de Pol Stiévenart sur trois feuillets découpés, slnd, Les suicides d'André .
   Catalogue publié à l'occasion de l'exposition éponyme organisée pour le 25e anniversaire de la mort de l'écrivain.
Texte de René Chauvaux (conservateur à la B.R.) à propos de l'exposition :
   L'exposition qui s'ouvre le 29 novembre à la Bibliothèque Royale sous les auspices de l'Académie royale de langue et de littérature françaises, est organisée à l'occasion du vingt-cinquième anniversaire de la mort d'André Baillon. Elle vise avant tout à retracer aussi fidèlement, aussi complètement que possible la carrière littéraire de cet écrivain qui fut peut-être notre prosateur le plus original de l'Entre Deux Guerres. Elle s'attachera davan-tage aux œuvres qu'à la vie si tourmentée de l'homme, bien qu'il soit impossible de séparer l'une des autres chez un auteur dont les écrits forment la plus émouvante, la moins flattée des confessions.
   L'essentiel de notre hommage est constitué par les précieux documents dont M. Robert Hankart, le biographe du romancier, a gratifié notre établissement. Il les avait reçus de Mme Germaine Lievens qui fut la compagne du romancier pendant près de vingt ans. La famille et les amis de Baillon nous ont aidés dans une large mesure. De généreux collectionneurs nous ont consenti des prêts importants et nous remercions en particulier MM. Maurice Bock, Camille Héla, Raymond Le Brun, G.-D. Périer, Pol Stiévenart, Mme Rosy-Broisson et le docteur Ludo Van Bogaert. Certains volumes sont munis de dédicaces représentatives. Ils voisineront avec des manuscrits qui, rapprochés du texte imprimé, montrent la recherche constante de la simplicité expressive. « Ne pas peindre », écrit-il, « faire voir. Souvent un mot suffit ».
   Autour de ces documents écrits ou imprimés, ma collègue Mme Lydia De Pauw a groupé des photographies, dessins, gravures, peintures, œuvres d'art diverses qui parlent aux yeux autant qu'à l'intelligence et aideront à faire surgir, tel qu'il fut en lui-même et dans le cadre de sa vie, cet homme qui malgré ses tares (il les a étalées avec quelque complaisance) a sacrifié à son idéal d'artiste le bien-être, la quiétude, le simple bonheur et à ce prix enrichit notre littérature d'un inestimable fleuron.

8 euros (code de commande : AB016).


 

BAY (Paul) — Le suicide par somnifère. Un exemple : celui du romancier belge André Baillon à Marly-le-Roi, en 1932. Essai accompagné de lettres, photos, témoignages, documents. Paris, Les Éditions de la Diaspora Française, 1964. In-8° broché, 100 p., exemplaire numéroté (n° 62).
   
Tiré à part de Rythmes et couleurs, n° 40.
Table des matières :
   - La mort anticipée.
   - Dans le vif du sujet.
   - Pourquoi André Baillon ?
   - Le Dial.
   - Opinion de Sénèque.
   - Ce que dit l'Église.
   - Autres candidats.
   - Mort de Baillon.
   - Parallèle.
   - Comparaison.
   - Le Sigisbée.
   - Partir ou rester ?
   - La victoire aux audacieux.
   - Imbrications.
   - Le roseau brisé.
   - Lettres de Germaine Lievens.
   - Prends-moi sous ton aile.
   - Apparition de la dame X.
   - Un témoignage.
   - La fée Membrine.
   - Un sujet de roman.
   - La mort couplée.
   - Sur l'ordre de Néron.
   - Autres lettres de Germaine Lievens.
   - Rue Mazarine.
   - Résumé du manuscrit de Germaine Lievens.
   - Canevas de la préface qui n'a jamais été écrite.
   - Autres détails.
   - Des précisions.
   - Suite du parallèle.
   - Buveur d'éther.
   - La cloche d'alarme.
   - La fin du rêve.
   - Documents.
   - Liste des œuvres d'André Baillon d'après Germaine Lievens.
   - Un poème d'André Baillon transcrit par Germaine Lievens.
   - Copie du testament d'André Baillon.
   - Faire-part du décès d'André Baillon.
   - Interview imaginaire d'André Baillon, suicidé, par l'auteur.
   - Bibliographie romancée.
Bibliographie :
   - 
André Baillon 1875-1932 (La Louvière, Centre Culturel du Hainaut, 1976), p. 38, n° 77.

10 euros (code de commande : AB018).




DE LANNAY (Roger) — Un bien pauvre homme, André Baillon. Préface de Gustave Charlier. Bruxelles, Office de Publicité, 1945. In-8° broché, 243 p., un portrait en frontispice, exemplaire de bibliothèque, recouvert d'adhésif, nombreux cachets.
Table des matières :
   - Préface.
   - La vie sincère et douloureuse d'André Baillon.
   - Le chapelet brisé des œuvres.
      I. Le Pénitent exaspéré (1915).
      II. Moi, quelque part... (1920) - En Sabots (1922).
      III. Histoire d'une Marie (1923).
      IV. Zonzon Pépette (1923).
      V. Par Fil spécial (1924).
      VI. Un Homme si simple (1925).
      VII. Chalet I (1926).
      VIII. Délires (1927).
      IX. Le Perce-oreille du Luxembourg (1928).
      X. La Vie est quotidienne (1929).
      XI. Pommes de Pin (1933).
      XII. Des vivants et des morts : Le Neveu de Melle Autorité (1930) - Roseau (1932).
      XIII. La Dupe.
   - Une phrase de styliste... un verbe de poète...
   - Tel qu'en lui-même enfin l'Éternité le change.
Bibliographie :
   - 
André Baillon 1875-1932 (La Louvière, Centre Culturel du Hainaut, 1976), p. 39, n° 84.

10 euros (code de commande : AB019).



DENISSEN (Frans) — De Gigolo van Irma Ideaal. André Baillon, of een geschreven leven. Amsterdam, Prometheus, 1998. In-8° collé, 315 p., index, un cahier d'illustrations hors texte.
En quatrième de couverture :
Na zijn dood door zelfmoord werd de schrijver André Baillon (1875-193 2) door de literatuurhistorici razendsnel in hun rariteitenkabinet bijgezet.
   Een halve eeuw later werd hij door de critici gerehabiliteerd als een schrijver met een fascinerend œuvre en met een al even fascinerende levenswandel : volgens sommigen een diep tragische figuur, volgens anderen een groot komisch talent, volgens nogal wat tijdgenoten een man die zijn tijd achterop was, volgens nogal wat huidige bewonderaars iemand die zijn tijd ver vooruit was, volgens de een een gek, volgens de andet een lucide geest. Een man, kortom, die de gave had om telkens weer tussen twee stoelen in te vallen. Een man wiens œuvre door bijna iedereen als autobiografisch wordt omschreven en aan wie na zijn dood niet minder dan vijf, elkaar vaak tegensprekende, biografieën werden gewijd.

8 euros (code de commande : AB021).


 

DOPPAGNE (Albert) — André Baillon, héros littéraire. [Bruxelles], L'Écran du Monde, 1950. In-8° broché, 202 p., un portrait d'André Baillon en frontispice.
Table des matières :
   - Avant-propos.
   Première partie : Le monde d'André Baillon.
   Deuxième partie : Le héros littéraire.
      I. L'égocentrisme.
      II. La sensibilité.
      III. La mémoire.
      IV. Le drame de l'équilibre.
      V. La folle du logis.
      VI. La volonté.
      VII. Folie et raison.
   Troisième partie : Du héros à l'écrivain.
   - Bibliographie :
      I. Œuvres (Volumes - Contes et nouvelles - Articles, préfaces, divers - Œuvres inédites).
      II. Études spéciales.
      III. Références.
      IV. Articles et préfaces.
   - Les manuscrits.
   - Conférences et récital.
   - Éléments d'iconographie (Photographies - Peintures, dessins, caricatures - Sculpture - Illustrations pour les œuvres de Baillon).
   - Autour d'André Baillon.
Bibliographie :
   - 
André Baillon 1875-1932 (La Louvière, Centre Culturel du Hainaut, 1976), p. 39, n° 80.

15 euros (code de commande : AB022).


 

HANKART (Robert) — La vie tourmentée d'André Baillon. Bruxelles - Paris, À l'Enseigne du Chat qui Pêche, 1951. In-8° broché, 176 p., un portrait en frontispice, planches hors texte, tirage limité à 500 exemplaires, rare, rousseurs.
Table des matières :
   - Avertissement.
   Première partie.
      Chapitre I. L'enfance.
      Chapitre II. L'adolescence.
      Chapitre III. Premiers pas littéraires - Le Thyrse.
      Chapitre IV. Westmalle.
      Chapitre V. L'inspiratrice.
   Deuxième partie.
      Chapitre VI. Premiers succès à Paris. - La tragédie - Son séjour à la Salpétrière.
      Chapitre VII. L'ermite de Marly-le-Roi.
   Troisième partie.
      Chapitre VIII. La mort d'André Baillon.
      Chapitre IX. Conclusion.
Bibliographie :
   - 
André Baillon 1875-1932 (La Louvière, Centre Culturel du Hainaut, 1976), p. 39, n° 82.

15 euros (code de commande : AB023).



JANS (Adrien) — André Baillon. Les meilleures pages présentées par Adrien Jans. Bruxelles, La Renaissance du Livre, [1961]. In-12 broché couverture rempliée, 131 p., (« Collection Anthologique Belge »), couverture défraîchie.
Table des matières :
   - Préface.
   - En sabots.
   - Histoire d'une Marie.
   - Un homme si simple.
   - Chalet 1.
   - Le perce-oreille du Luxembourg.
   - La vie est quotidienne.
   - Le neveu de mademoiselle Autorité.
   - Roseau.
   - La Dupe.

   - Bibliographie.
Bibliographie :
   - 
André Baillon 1875-1932 (La Louvière, Centre Culturel du Hainaut, 1976), p. 39, n° 83.

8 euros (code de commande : AB015).



VIVIER (Marie de) — Introduction à l'œuvre d'André Baillon. Bruxelles, L'Écran du Monde, 1950. In-8° broché, 172 p., édition originale dont le tirage est limité à 1000 exemplaires.
Table des matières :
   - Aux alentours de Kleist.
   - Avant-propos.
   Chapitre I. Le Neveu de Mlle Autorité.
   Chapitre II. Roseau.
   Chapitre III. La Dupe.
   Chapitre IV. Le Pénitent exaspéré.
   Chapitre V. Zonzon Pépette, fille de Londres.
   Chapitre VI. Histoire d'une Marie.
   Chapitre VII. En Sabots.
   Chapitre VIII. Délires.
   Chapitre IX. Un Homme si simple.
   Chapitre X. Chalet 1.
   Chapitre XI. Le Perce-oreille du Luxembourg.
   Chapitre XII. Pommes de Pin.
   Chapitre XIII. Couleur de chimère.
   Dernier chapitre : La Couronne.
Bibliographie :
   - 
André Baillon 1875-1932 (La Louvière, Centre Culturel du Hainaut, 1976), p. 40, n° 88.

18 euros (code de commande : AB020).


 

WILLAM (Maurice) — La Haute Solitude de André Baillon précurseur de l'existentialisme. Préface de Charles Vildrac. Bruxelles, Labor, 1951. In-8° broché, 221 p., exemplaire de bibliothèque, recouvert d'adhésif, cachets.
Postface :
   Ceci pourrait tout aussi bien être une préface. Mais de toute façon ces quelques lignes au fil desquelles un auteur tente de préciser ses intentions ne sont que rarement lues avant l'ouvrage lui-même. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce serait, dans ce cas, atteler la charrue avant les bœufs. Ainsi avons-nous décidé d'écrire une postface. Ce n'était pas indispensable ? Evidemment. Je possède d'ailleurs un ami qui maintes et maintes fois m'a répété que dans la vie rien n'était indispensable... pas même la vie elle-même. Comme la gratuité du geste en augmente la valeur, nous avons décidé de poser celui-ci.
   Cet essai, nous pourrions le qualifier de voyage de découverte. Et cette expédition a duré quelque temps. Ayant reçu la révélation de la valeur de Baillon aux temps sombres de l'oppression, voici qu'aujourd'hui je m'arrête à une première étape. Car ce n'est qu'un arrêt temporaire. Nous n'avons pas, en effet, pénétré tous les recoins de cette personnalité si attachante. Tout n'est pas dit sur un des plus grands écrivains belges, le « seul grand styliste » que la Belgique ait possédé, a consenti à dire Debatty. Nous avons tenté d'embrasser le plus largement possible l'homme et sa production. Que certains points méritent d'être encore approfondis, j'en conviens aisément. Ce sera le labeur de demain.
   Mais nous avons, en toutes circonstances, tenté de donner du littérateur des aperçus originaux en insistant sur la formation de l'homme et de l'écrivain ainsi que sur ses prolongements insoupçonnés. C'est pourquoi nous ne nous sommes point appesantis sur tous les ouvrages écrits par Baillon. Avant nous, Roger de Lanhiay qu'hélas cette chose indigne des hommes qu'on nomme la guerre nous enleva, les avait étudiés avec un talent et une perspicacité remarquables. Nous n'aurions pu, en de nombreuses occasions, que répéter ce qu'il avait dit.
   Ces choses originales que nous avons cru découvrir seront-elles admises par tous ceux qui nous liront ? Ce serait un miracle. Enfin si certains éléments de cet ouvrage provoquaient quelques discussions nous nous estimerions payés de nos efforts et cela signifierait qu'il aurait suscité un peu d'intérêt. Et aussi que nous aurions contribué à rappeler la figure de ce grand écrivain – nous ne voulons pas lui donner d'autre titre – et la place qu'il tient dans notre littérature...
Bibliographie :
   - 
André Baillon 1875-1932 (La Louvière, Centre Culturel du Hainaut, 1976), p. 40, n° 90.

10 euros (code de commande : AB024).


 

Retour au début


Si vous souhaitez recevoir les avis de mise à jour de la page
André Baillon
indiquez ci-dessous vos références :
prénom et nom :
adresse électronique :
pays de résidence :
et cliquez sur

La fréquence de mise à jour est bien évidemment aléatoire et dépend des achats que nous réalisons...

N.B. : les informations que vous nous donnerez ne seront en aucun cas communiquées à des tiers.

Retour au début

COMMANDE DE LIVRES

Si vous souhaitez commander un des ouvrages présentés sur cette page, copiez le code de commande et collez-le dans un courrier que vous adresserez à courrier@loiseaulire.com ; en réponse, nous vous indiquerons si le livre est bien disponible, nous vous donnerons l'évaluation des frais de port (en fonction du pays de destination de la commande) et nous vous communiquerons les modalités de paiement (chèque, carte de crédit, versement bancaire...).

 CONDITIONS DE VENTE

Les prix sont exprimés en euros (toutes taxes comprises). Les éventuels frais de port sont pris en charge par le destinataire. Nous garantissons un emballage approprié, cependant les ouvrages voyagent aux risques et périls du destinataire et nous ne pourrons intervenir en cas de détérioration ou de perte.

Les livres sont réservés 14 jours, passé ce délai, ils seront remis en vente.

Le paiement est exigible à la commande : le client non satisfait a un délai de 14 jours s'il veut renvoyer son achat.

Pour nos clients belges, les factures seront réglées par virement bancaire.

Pour nos clients résidant à l'étranger, les factures seront réglées en euros de préférence par carte de crédit (« Visa » ou « Eurocard ») ou par virement bancaire international (IBAN).

Nous disposons d'un C.C.P. en France, nos clients français pourront (sans frais) effectuer leurs paiements par chèques libellés en euros.

En cas de non paiement de la facture dans le délai prescrit, il sera dû à partir de la date d'échéance, de plein droit et sans mise en demeure préalable, un intérêt de retard égal au taux légal. En outre, il sera du une indemnité forfaitaire de 10% du montant total de la facture.

Tant que les biens n'ont pas été payés, ils restent propriété du vendeur.

Toutes les informations sur les taux de change peuvent être obtenues sur le site : The XE.com Universal Currency Converter

Notre numéro de T.V.A. : BE0619836631.